1 – Principe

La maison ossature bois est une technique de construction qui s’adapte très bien à la plupart des styles régionaux.
C’est donc le plus répandu des modes de construction bois.
Les murs de la maison sont réalisés sur la base d’une ossature constituée de montants de bois verticaux (principalement en sapin ou épicéa) espacés de 60 cm (en général) contreventés par un panneau de particules de bois (type OSB).
Ce dernier est protégé côté extérieur par un film pare-pluie, puis il reçoit un lattage destiné à recevoir la finition extérieure.
Côté intérieur, l’isolant est placé entre les montants verticaux.

Il est ensuite protégé par un film pare-vapeur continu.
Les murs sont alors prêts à recevoir la finition intérieure de votre choix :

  • rails métalliques et plaques de plâtre (gaines électriques passant dans l’épaisseur du rail),
  • panneaux de particule type CTBH d’épaisseur 16mm, liteaux et lambris (les gaines électriques passant dans l’épaisseur des liteaux).

2 – Les isolants

Les matériaux isolants utilisés entre les montants d’ossature peuvent être de plusieurs sortes.
Le plus fréquemment utilisé est la laine de verre (en 120 ou 140 mm d’épaisseur, semi-rigide et de lambda égal à 0.035) qui garde le meilleur rapport qualité-performances-prix.
On peut aussi mettre en œuvre de la fibre de bois, du chanvre, de la laine de mouton, de la ouate de cellulose, des plumes, etc.

3 – Le pare-vapeur

Conformément au DTU 31.2, il est obligatoire de mettre en œuvre un film pare-vapeur sur le côté intérieur des murs périphériques extérieurs de l’habitation.

Pose des murs

Cet élément apparemment anodin remplit cependant des fonctions essentielles conditionnant la qualité d’usage et la pérennité de la construction en ossature bois.
En effet, ce film participe grandement à l’étanchéité à l’air de la construction et permet de limiter les risques de condensation dans l’isolant.

L’ossature bois mise en œuvre étant dite à structure « ouverte », le film pare-vapeur ne peut être mis en place qu’après la pose de l’isolation.

La pose de ce film pare-vapeur doit se conformer aux spécifications décrites dans le DTU 31.2 dont voici quelques points essentiels :

  • « matériaux pour pare-vapeur : ils doivent avoir une perméance ≤ 0,005 g/m².h.mmHg. … » (DTU 31.2 – chap 2.42)
  • « les isolants fibreux (laines minérales) sont perméables à l’air. Certains sont collés sur un papier qualifié par leurs fabricants de pare-vapeur ; mais ce papier n’est pas suffisant, car le pare-vapeur doit être une barrière continue et d’une perméance adéquate » (DTU 31.2 – Annexe 3 – chapitre 3)
  • « le film pare-vapeur sera placé entre l’isolant et le parement intérieur… La continuité du pare-vapeur doit être assurée… » (DTU 31.2 – Annexe 3 – chapitre 3.1)
  • « les plaques de parement plâtre peuvent partiellement contribuer à l’étanchéité à l’air si les joints entre plaques ont été réalisés en conformité avec le DTU 25.41 » (DTU 31.2 – Annexe 3 – chapitre 2.2)
  • Leur contribution n’étant que partielle, elles doivent être associées à la pose d’un film pare-vapeur.
  • « les jonctions bois/bois, bois/ciment, bois/métal ne sont pas considérées étanches à l’air compte tenu des variations dimensionnelles possibles du matériau ».
  • « la continuité du pare-vapeur peut être obtenue par recouvrement de 5 cm des joints ou collage de ceux-ci. La continuité du pare-vapeur doit être également assurées dans les angles et aux raccordements avec les baies ».

4 – Le pare-pluie

La fonction d’étanchéité à l’eau de pluie et à la neige est remplie par les ouvrages de revêtement extérieur associés à la structure.
Quelle que soit leur nature, les revêtements extérieurs ainsi que les couvertures doivent réaliser une protection continue des éléments de structure contre la pluie et le vent, notamment au droit des joints et des raccordements avec les autres ouvrages (menuiseries…).

La géométrie des assemblages et des liaisons doit être conçue pour que l’eau, même sous la pression du vent, ne puisse s’infiltrer dans les parois.
Les parements ou revêtements extérieurs doivent canaliser les eaux de ruissellement au-delà de la jonction lisse basse.

Les matériaux pour pare-pluie doivent avoir une perméance ≥ 0,5 g/m².h.mmHg.

Ces matériaux sont choisis en fonction de leur perméance, de leur résistance à la déchirure, de l’étanchéité à l’eau liquide qu’ils peuvent apporter.

On utilise :

  • les feutres bitumés imprégnés définis par les normes NF P 84-302 et 84-307 ;
  • les panneaux de fibres tendres bituminés conformes à la norme NF B 54-050 ;
  • les films polyéthylène non tissés enduits de bitume ou non ;
  • les papiers kraft armés ou non enduits de bitume ou non ou tout autre matériau de qualité équivalente.

Les matériaux en film dont la perméance minimale est obtenue par perforation d’un film à l’origine étanche à la vapeur d’eau ne sont pas admis, sauf s’ils sont ventilés sur leurs deux faces.

5 – Les finitions extérieures

Les murs ossature bois peuvent recevoir différents types de finitions :

  • bois : bardage en bois naturel (mélèze, red cedar, bois exotiques…), bardage en bois traité autoclave classe 3 ou 4 (bois du nord type sapin ou épicéa, pin, douglas…), bardage en bois traité par thermo-huilage, bardage en bois traité par thermo-chauffage ou rétification (peuplier, sapin…) ou bardage en bois peint.
  • matériaux composites : bardage en fibre ciment (panneaux ou lames de bardage composé de fibres de bois agglomérées à du ciment, puis moulées et peintes en usine, ce matériaux ne nécessité aucun entretien et une large gamme de couleur est disponible), bardage en fibre de bois haute densité, bardage en polymères…
  • crépis : un crépi acrylique peut être posé sur un isolant extérieur ou sur un lattis métallique nervuré bien spécifique.

6 – Les atouts

Pose d’une maison à ossature bois

Pose d’une maison à ossature bois

L’atelier de montage des murs à ossature bois permet la confection des murs directement en atelier. Ceux-ci sont donc fabriqués à l’abri des intempéries, parfaitement d’équerre et prêts à poser.

L’achèvement du clos-couvert peut être obtenu en quelques jours seulement, car il n’y a pas de temps de séchage.

La tendance à mieux isoler les maisons conduit de plus en plus à doubler cette ossature d’une isolation périphérique extérieure en matériau isolant lourd (type fibre de bois par exemple) qui améliore l’isolation, procure un meilleur déphasage thermique au bénéfice du confort d’été et supprime tous les ponts thermiques imputables à l’ossature bois.

La maison à ossature bois permet des agrandissements plus économiques et rapides à mettre en oeuvre.